• Decrease font size
  • Reset font size to default
  • Increase font size

Stage M4 Saint Astier

Home Un gendarme
Un gendarme d'élite au service de l'intérêt public PDF Imprimer Envoyer
Écrit par Webmaster   
Mercredi, 24 Décembre 2008 04:12
photo DC 10
Entraînement contre prise d’otages sur DC 10
ou 747 D’UTA , en Nouvelle- Calédonie.


Envoyé en Calédonie en 1979, pour créer l’Equipe Légère d’Intervention de la Gendarmerie Nationale, Jean-Yves LEFEUVRE, a plus d’une fois mis sa vie en danger lors d’interventions diverses.

Tireur d’élite, aïkido ka, parachutiste, pratiquant toutes les activités à risque en relation avec l’utilité du service, il a puisé dans ses expériences professionnelles une philosophie exaltant la vie et la prudence.

Photo Aikido
Entraînement AIKIDO / KEN – ceinture noire
troisième DAN


Son séjour en Afrique, pour enseigner aux gardes du corps djiboutiens du président Hassan Gouled Aptidon, lui permit de perfectionner son enseignement : apprendre en deux ans à des hommes non formés un métier à hauts risques.

Deux expériences enrichissantes, puisque de retour en France, le concept CITES / STISA naquit.

Un premier constat : les élites d’unités armées sont formées et ont les moyensmatériels et humains.

Le policier, le gendarme de base, le militaire, l’agent pénitentiaire, le policier municipal, détenteurs d’armes de service, n’ont que quelques cartouches par an à tirer sur cibles immobiles.

Pourtant ils sont confrontés tous les jours à des situations dangereuses dans leur quotidien.

Et si un gendarme d’élite faisait profiter de ses savoirs et expériences au plus grand nombre ?

    Photo Jean-Yves LEFEUVRE

 

Photo hélico

 

Un deuxième constat inhérent au premier : les hommes armés ont peur de leurs armes par mécon naissance.

« l’arme n’est pas dangereuse, c’est l’homme qui est derrière qui l’est. »

Alors l’entraînement réaliste devient un concept, un but, un partage.

photo hélicoEt si un gendarme d’élite expliquait, entraînait, proposait une méthode pour se tromper sur le stand, pour que l’erreur soit constatée devant une cible, pour que des réflexes s’acquièrent au point de maîtriser une situation périlleuse en service ?

Et la STISA / CITES naquit.

Mise à jour le Dimanche, 11 Janvier 2009 15:40
 
Bannière